Une journée à Bordeaux.

Au milieu, le cinéma CGR au croisement des rues Condillac et Montesquieu.

Aujourd’hui je vous emmène à la découverte de la Capitale de l’Aquitaine.

Cette Ville a taille humaine peut se visiter en une après midi (je l’ai fait le 24 mai dernier alors que le couvre feu était encore à 19 h 00 !).

OU DORMIR :

Nous avons choisi l’Hotel Continental by Happyculture, en plein cœur du centre ville !  

Cet ancien hôtel particulier du 18ème siècle, au style belle Epoque, était d’abord une brasserie courue du tout-Bordeaux : l’Auberge du Coq d’Or.

Sa mythique salle de bal, lieu incontournable de la haute société à la sortie des théâtres, devenue le restaurant de l’Hôtel, abrite encore sa verrière d’époque qui vous replonge dans l’atmosphère des années 1910.

Suivant la Chronologie, le Konti, nouvel hôtel HappyCulture Collection, a pris la suite du Continental.

Les volumes et façade néo-classique témoignent encore de l’âge d’or de ce bâtiment sur les traces duquel marche le fameux décorateur Oscar Lucien au physique et élégance d’un dandy rétro, mixant le subtil à l’intemporel. J’adore cette phrase d’ailleurs qui le décrit à merveille : ‘Il aime télescoper les époques avec spontanéité’ (source : Ergo Sum).

Aménagé dans un bâtiment du XVIIIe siècle dans le centre de Bordeaux, il est situé à seulement 130 mètres de la place des Grands Hommes et à 450 mètres du Grand Théâtre.

Les chambres.

Elles sont au nombre de 51, décorées avec des objets chinés afin de conserver cet esprit vintage.

A mon goût (et il est subjectif !) la décoration vintage est très simpliste et tranche avec l’atmosphère de la belle Epoque.

J’ai trouvé la vue sur la rue très sympa !

Pour info, c’est après en avoir occupé une classique (dite premium) que j’ai appris qu’il y avait une suite en roof-top (la Suite SKY) avec une vue époustouflante sur la ville ! Elle est d’ores et déjà réservée pour mon prochain séjour du 7 octobre !

Visite de la Ville.

Munissez vous du plan que la réception de l’hôtel vous donnera avec plaisir et …c’est parti !

La Place Gambetta, l’une des plus grandes place de Bordeaux : Rénovée cette année et posée devant des bâtiments aux façades ordonnancées, elle vous permettra de vous poser, pique niquer ou vous imprégner tout simplement de l’atmosphère de la Ville ;

La Porte DIJEAUX : C’est la porte d’entrée Ouest de la Ville depuis l’époque Romaine et la 1ère ligne de fortification. Elle a été reconstruite par Michel Voisin entre 1748 et 1753 et portera le nom de Porte Dauphine sous Louis XV, en l’honneur du dauphin et futur Roi Louis XVI.

L’Hôtel de Ville

Comme je ne fais jamais rien comme tout le monde, je suis passée derrière le bâtiment ! mais au prochain séjour, promis, je ferai une photo de la façade avant, parce que cet édifice appelé Palais ROHAN est une bien jolie pépite architecturale, comme beaucoup de bâtiments dans la ville !

En effet, il était d’abord : –

  • le palais de l’archevêque Ferdinand-Maximilien-Mériade, Prince de Rohan, entre 1771 et 1784,
  • puis Hôtel de l’Archevêché jusqu’à la Révolution,
  • Hôtel du département,
  • siège du tribunal révolutionnaire en 1791,
  • Hôtel de la Préfecture de Gironde en 1800,
  • Palais impérial de Napoléon Ier en 1808,
  • Palais et Résidence Royal en 1815 sous Louis XVIII,
  • puis le Palais Rohan devient hôtel de Ville en 1837.

Cathédrale Saint-André et Tour Pey-Berland

Eglise mère du diocèse depuis le 4e siècle, elle est rebâtie plus au sud à partir du 11e siècle. Une nef unique d’origine romane, un choeur gothique du 14e siècle, trois beaux portails, des peintures murales funéraires, des albâtres de Nottingham, des bas-reliefs, une crucifixion du peintre flamand Jacob Jordaens et des grilles du 18e siècle font de la cathédrale un témoin de mille ans d’histoire bordelaise. (source : Bordeaux.fr)

Son aspect hétérogène a quelque chose d’inattendu et d’attachant notamment par son clocher indépendant.

Ses murs ont accueilli deux mariages royaux : en 1137 celui d’Aliénor d’Aquitaine et de Louis VII, le futur roi de France puis cinq siècles après, celui d’Anne d’Autriche et Louis XIII.

Au moment de la Révolution elle deviendra un magasin à fourrage… triste destinée pour ce monument qui eut à subir un incendie dévastateur au XIXe siècle. Si bien que son mobilier fut reconstitué avec les dépouilles d’autres églises.

Bordeaux Insolite :

En nous dirigeant vers la Grosse Cloche (Cours Victor Hugo), nous avons coupé via la rue Sainte Catherine puis la Place de la Ferme de Richemont où une curiosité a attiré mon regard, celle d’une voiture dépassant d’un parking à étages (le parking Victo-Hugo) ; il s’agit d’une jaguar de type MK1 fabriquée en 1955 et installée en 1994 par l’architecte Jean-François Dosso. Sur le coup, quand vous ne vous y attendez pas ça vous laisse perplexe en imaginant le pire et surtout le gâchis pour une aussi jolie voiture ! C’est en rentrant à l’hôtel de le soir que j’ai fait des recherches pour savoir si …c’était de l’art !

La Grosse Cloche

J’imaginais une grosse cloche posée au milieu de la chaussée mais mon imaginaire débordant a cédé la place à la découverte d’une magnifique et immense porte, vestige du Moyen Age.

En effet cette porte a été édifiée au xv ème siècle sur les restes de l’ancienne Porte Saint-Éloy (dite aussi porte Saint James) du xiiie siècle (adossée à l’église Saint-Éloi du xiie siècle), ouverte sur le rempart du xiii ème siècle vers de vieilles ruelles étroites de la ville, au passé moyenâgeux bien préservé.

Il s’agit également d’un des plus anciens beffrois de France, ‘seul vestige des anciens remparts de la ville, dont les cloches rythment la vie bordelaise depuis le XIIIe siècle’ (Bordeaux tourisme), puisque c’était en son temps le beffroi de l’ancien hôtel de ville.

La porte et les tours, dites de la Grosse Cloche, sont classées au titre des monuments historiques par arrêté du 12 juillet 1886.

C’est un des rares monuments que la ville conserve du Moyen Âge.

Elle a été restaurée du 4 au 22 juillet 2016.

Elle est toujours le symbole de la Ville, présente également sur les armoiries de la cité car elle a toujours joué un rôle dans la vie quotidienne des Bordelais qui y sont très attachés : par exemple, les magistrats de la ville sonnaient la cloche pour donner le signal des vendanges et alerter la population en cas de débuts d’incendies.

La Porte Cailhau ou Porte du Palais

Construite entre 1493 et 1496 à l’emplacement d’une ancienne porte défensive, elle resta pendant près de deux siècles l’entrée principale de la Ville, côté fleuve.

Elle est classée monument historique depuis le 28 mai 1883.

Le bord de la Garonne

Petite pause pour boire un verre en terrasse chez Simone

On reprend la visite avec :

La Place de la Bourse : « Cette place Royale qui est tout simplement une moitié de place Vendôme, posée au bord de l’eau  » Victor Hugo

Ce qu’il faut savoir : Cette réalisation du Siècle des Lumières a été à l’origine baptisée Place Royale.

Cet ensemble architectural monumental comprenant l’hôtel de la Bourse et l’hôtel des Fermes a été construit d’après les plans dressés en 1728 par l’architecte Jacques Gabrie lV, cousin de Hardouin Mansart et futur premier architecte du Roi, et par son fils Ange Gabriel à partir de 1745. ( source : Bordeaux.fr) )
Depuis 2006, le miroir d’eau reflète ses façades 18e en bord de Garonne 

La fontaine des « Trois Grâces » en bronze et en marbre qui orne le centre de la place est l’œuvre de Alphonse Gumery assisté du sculpteur Amédée Jouandot d’après les dessins de Ludovico Visconti. Inaugurée en 1869, elle remplace une statue équestre en bronze de Louis XV, chef d’œuvre de Jean-Baptiste Lemoine inaugurée 1743 et fondue au moment de la Révolution. Les trois Grâces, filles de Zeus portaient les noms de Thalie, Aglaé et Euphrosyne. (source : Bordeaux.fr)

Place de la Comédie

Au pied du Grand-Théâtre, cette place rénovée en 2006 est située à l’emplacement de l’ancien forum gallo-romain.

Balade dans les rues jusqu’à l’hôtel

En fin de journée, nous avons profité d’un apéro et d’un très bon repas au Grand Café que je vous conseille !

Maintenant, avant de vous lancer à pieds, vous pouvez opter pour une Visite privée en 2CV des monuments et quais de Bordeaux : 👉 Découvrez Bordeaux de manière ludique ! Laissez vous conduire et admirez la ville !

Et si vous avez un peu de temps devant vous, Profitez d’une découverte des célèbres vignobles du Médoc et de Saint-Emilion !

En octobre je testerai la visite de la Cité du Vin avec dégustation !

Alors à très vite pour de nouvelles aventures !!!

Marjorie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s